L’Accord très glissant, souhaité par Rome avec la Fraternité St-Pie X

Dossier de la Rédaction de Royauté-News

Lorsqu’un sujet d’actualité semble ardu ou lorsque son traitement ordinaire par la presse bloque sa compréhension au lieu de l’éclairer, c’est un sujet pour Royauté-News. Il est question depuis quelques années d’un accord à intervenir entre Rome et l’instance qui dirige la Fraternité St-Pie X, le phare quelque peu remis en cause aujourd’hui du Catholicisme traditionnel habituellement identifié comme celui des Traditionalistes. Premier écueil de plusieurs de nos confrères journalistes de la presse classique, qui font mine de confondre Traditionalistes, c’est-à-dire le « Courant Lefebvre » en profond désaccord avec l’Eglise officielle, et une sensibilité purement esthétique qui s’est inventée ces dernières années au sein de cette même Église officielle. Sensibilité manifeste, d’une minorité en cours d’accroissement récent, encouragée pour détourner à l’avance les catholiques qui auraient pu être tentés un jour ou l’autre par l’authencité et la solidité doctrinales de la Tradition catholique représentée par les Lefebvristes.

Depuis quelques semaines, un savant mélange prépare le terrain : un accord interviendrait « enfin », à l’été 2017… Personne n’y échapperait, à en croire la succession « d’articles de journalistes » qui l’annoncent comme souhaitable (mais par qui ?) et, variable de temps oblige, comme imminent ou proche. Et pour appuyer cette politique de la peau de l’ours, on demande l’avis d’un prêtre qui a déjà rejoint et à l’avance, l’Eglise hiérarchique après avoir appartenu à la Fraternité St-Pie X : l’Abbé de Tanoüarn, l’un des plus engagés des « ralliéristes », plus ralliériste que moi tu meurs. Ce faisant, on omet d’interroger ceux qui ont quelque chose à dire : ceux qui se trouvent encore dans le mouvement (de la Fraternité), surtout ceux, les plus nombreux et les plus authentiques car ils suivent la Tradition lefebvriste non génétiquement modifiée, et qui sont opposés à tout accord avec Rome en l’état actuel. Il y a maldonne. Ainsi dans La Croix du 7 juillet, dans le dossier réduisant singulièrement la perspective, « Le retour discret de la messe en latin », dans lequel les confusions atteignent à l’extrême, on lit : « les relations de l’Eglise avec les traditionalistes se sont apaisées »… D’autres articles, qui seront cités à la fin de notre travail, vont de même, au plus profond du quiproco : puisqu’on parle, en ce moment de messe à l’ancienne pour cause de 10eme anniversaire de l’autorisation de la célébrer à nouveau, accordée par Benoît XVI, certains, sans doute mal réveillés, posent l’équation suivante : a/ le rite ancien, dit « extraordinaire », est une réussite car il est célébré dans tous les diocèses en au moins un endroit (et assemble des pratiquants de fibre classique de l’Eglise conciliaire, qui n’ont rien à voir avec les Traditionalistes) ; b/ tout coulerait de source alors pour la réunion des (vrais) Traditionalistes à la structure de l’Eglise, selon un statut particulier qui leur a été proposé. L’inconvénient est qu’il existe aucun lien de situation et aucun terme commun dans la donnée du problème. Ils sont même opposés. 

 

Entre autres seront examinées les forces en présence dans les prochaines volets.

Suite de notre Dossier

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s